Brochette de pastèque grillée au romarin

IMGP9148

Voici un dessert, facile, rapide et fort en goût proposé par le magazine Régal de cet été.

Il s’agit de pastèque marinée et rôtie. Vous préférerez peut-être la version froide mais no problem, vous pouvez utilisez cette marinade à froid. Mais je vous préviens, vous risquez de devenir accro !

Pas de blabla ni de chichi, je vous donne la recette illico presto !

Pour 6 personnes

6 tranches de pastèque, 10 cl d’huile d’olive, 6c à soupe de miel liquide, 2c à soupe de cardamome blanche, 1c à café d’extrait de vanille (j’ai utilisé une gousse de vanille), 12 brins de romarin

IMGP9147

Coupez la pastèque en quartiers, épépinez-la si besoin. Retirez les feuilles sur les deux tiers des branches de romarin. Hachez finement les feuilles retirées.

Dans une petite casserole, faites chauffer le miel avec l’huile d’olive, les feuilles hachées de romarin, la vanille et les gousses de cardamome concassées.

Enfilez les quartiers de pastèque sur les branches de romarin, déposez-les sur une plaque recouverte de papier cuisson.

Arrosez-les de la sauce au miel et laissez mariner 30 minutes.

Au bout de ce temps, allumez le four à 180°C (th.6). Enfournez les brochettes de pastèque et faites-les rôtir 10 minutes.

Libre à vous de servir avec une boule de glace à la vanille.

IMGP9145

Publicités

Ciambellas à la ricotta

IMGP9130

Me revoilà. Une recette par mois… j’avoue me la couler douce…

Je teste toujours de nouvelles recettes. Parfois, elles ratent parfois elles sont très réussies. En revanche, mes photos sont souvent mauvaises et c’est la raison pour laquelle je ne publie pas aussi souvent que je le souhaiterais.

Bref, aujourd’hui je ne pouvais faire autrement que de publier cette merveilleuse recette de gâteaux pour le goûter. J’ai trouvé la recette dans un petit livret joint au magazine Régal « l’Italie dans votre assiette ». Attention les allergiques, ils contiennent du lactose, du gluten et du miel.

Quand j’ai vu qu’il y avait 300g de sucre, j’ai diminué la dose à 250g. Je pensais que c’était too much mais finalement, la prochaine fois, je mettrai les 300g.

Ce n’est pas forcément la recette officielle (si toutefois il y en a une). La recette de Mercotte est totalement différente !

IMGP9128

Les enfants ont beaucoup aimé. Voici la recette :

300g de farine, 3 oeufs, 250g de ricotta (1 pot), 300g de sucre semoule, 1c à soupe de miel, 1 sachet de sucre vanillé, 1 sachet de levure chimique, 50g d’amandes effilées, 1c à soupe d’eau de fleur d’oranger, sucre glace, beurre et farine pour les moules

IMGP9127

Dans une jatte, fouettez les oeufs avec le sucre en poudre pour obtenir une préparation mousseuse. Ajoutez la ricotta, le sucre vanillé et le miel et fouettez vigoureusement (j’ai fait tout cela au robot, il faut bien le rentabiliser le bougre !)

Tamisez ensemble la farine et la levure chimique, incorporez-les au mélange précédent sans faire de grumeaux (mais en général, quand on se casse les pieds à tamiser c’est bien pour éviter les grumeaux !). Délayez avec l’eau de fleur d’oranger, puis incorporez les amandes effilées.

Préchauffez le four à 180°C (th.6). Beurrez et farinez 6 moules à mini savarins (ou mini kouglofs), puis répartissez-y la pâte.

Enfournez pour 25 min environ, puis démoulez et laissez refroidir sur une grille ou une assiette. Poudrez de sucre glace avant de servir (et vous verrez les étoiles dans les yeux des cobayes :-))

IMGP9129

Bibimbap (plat coréen)

IMGP6944

J’ai hésité longuement avant de vous proposer cette recette. D’abord parce que la photo n’est pas tip top (comme les autres, je sais) mais aussi parce que ce n’est pas une recette à part entière.

Cependant, personne n’est parfait (c’est la raison pour laquelle il y a une gomme au bout des crayons à papier !) alors je vous présente mon premier BIBIMBAP !

Ce matin même, je ne savais pas que ce plat portait ce nom là. On dirait que c’est le prénom du 4eme enfant des parents de Pim Pam Poum !… non ?

Quoiqu’il en soit, en feuilletant le magazine Régal n°59, après la sieste, sur le balcon (dimanche difficile),  je suis tombée sur un article écrit par Sonia Ezgulian sur la cuisine coréenne et notamment le Bibimbap, qui est visiblement le plat typique de la Corée. Je la crois sur parole ! D’ailleurs, il y a même un restaurant coréen à Paris qui porte ce nom.

Généralement, il regroupe dans la même assiette du riz, des légumes crus et/ou cuits, de la viande et de l’œuf. J’avais testé un plat similaire dans le livre de cuisine japonaise sushis et compagnie sauf que ce n’était pas du riz mais des nouilles et c’était présenté dans un donabe.

J’ouvre une parenthèse : actuellement, je suis dans ma période régime groupe sanguin (y a-t-il un autre mot pour définir une habitude alimentaire que « régime » qui a une connotation « amincissante » et qui n’est pas mon truc ?) suite à la lecture du  livre « 4 groupes sanguins, 4 régimes ». Il liste les aliments que nous devrions manger ou pas selon notre groupe sanguin. C’est un peu rude au départ (pour ma part, je dois éviter de nombreux aliments auxquels j’étais habituée) mais le bibimbap me semble être une bonne solution pour réussir à manger correctement car vous pouvez y mettre les aliments que vous aimez pour peu qu’ils soient bons pour votre organisme, et avoir un plat complet. Je referme la parenthèse !

Voici la composition de mon assiette : de la salade avec de l’huile d’olive et du persil, des bâtonnets de carottes, courgettes, poireaux cuits dans un bouillon de poule pas trop longtemps, du riz, des petits morceaux de dinde poêlées et assaisonnés de sauce soja et un œuf au plat.

Vous pouvez y mettre viande, poisson ou crustacés, concombre, poivrons, épinards, soja, champignons, ce que vous voulez, la base du plat étant riz et oeuf au plat. Mes légumes étaient cuits au bouillon de poule mais ils auraient pu être également sautés au wok, ça fonctionnait aussi, et d’ailleurs ça aurait été certainement meilleur !

Donc voila, copine Aurélie, tu peux être rassurée, je ne suis pas en train de me faire du mal avec ce rég***, tu vois je mange à ma faim 😉

Et comme le veut la tradition, le papa a mangé 2 assiettes, la maman a mangé toute son assiette et le bébé n’a pas fini son assiette (comme d’habitude !).

Poulet caramélisé à la grenade

IMGP4177

Dans le magazine Régal auquel je suis abonnée et que j’ai reçu hier, ça parle grenade.

J’adore la grenade. Elle a de nombreuses vertues. Elle est antioxydante, protectrice cardiovasculaire, anti-inflammatoire etc… Juteuse, sucrée, colorée, elle donne de la couleur à ce vilain hiver que nous traversons actuellement.

D’après l’article, il suffit de la couper en 4 et de la mettre dans de l’eau froide pour qu’elle s’égrène (presque) toute seule ! J’aurais dû lire ça avant de faire la recette qui suit car j’aurais perdu moins de temps !

Trois recettes étaient proposées (smoothie, taboulé et poulet) et j’ai choisi de faire le poulet caramélisé. Par rapport à la recette originale, j’ai rajouté 1c à soupe de sirop car je trouvais que le goût du citron était trop prononcé. Mais vous pouvez choisir de n’utiliser qu’1/2 citron. Voici la recette :

Préparation 30 min, cuisson 15 min – pour 4 personnes

1 grenade, 600g de blancs de poulet, 2c à soupe de farine, 3c à soupe de sirop de grenadine, 1 citron, 2c à café de graines de sésame, 1c à soupe d’huile, 15g de beurre, sel

Égrenez la grenade. Réservez. Coupez les blancs de poulet en dés. Salez et farinez-les.

Chauffez l’huile et le beurre dans une poêle. Faites-y revenir les dés de poulet 8 à 10 min jusqu’à ce qu’ils soient dorés. Retirez-les. Versez le sirop de grenadine et le jus de citron dans la poêle. Laissez réduire 2 min environ puis remettez les dés de poulet.

Tournez-les 2 min dans ce jus court et acidulé pour qu’ils caramélisent. Ajoutez les graines de grenade et de sésame. Chauffez 1 min. Servez aussitôt.

J’ai accompagné avec du riz parce que ça va bien avec et parce que j’ai mis tellement de temps à égrener la grenade que je n’ai pas eu le temps de faire autre chose 😉