Poêlée de pommes au miel et mont d’or

IMGP4129

C’est la saison du mont d’or, qu’on se le dise (désolée pour les « sans-fromage »).

Et oui, il y a aussi une saison pour le fromage, ce fromage là en tout cas. J’ai appris ça dans le magazine Saveurs N°188 qui a tout juste 1 an (le numéro 188… pas le magazine Saveurs…).

Un article était consacré au mont d’or et on y apprend qu’il est fabriqué entre le 15 août et le 15 mars uniquement. Il est introuvable en dehors de cette période (vous pensez bien que j’ai cherché !). Sa fabrication est très contrôlée et obéit à un cahier des charges rigoureux, que ce soit au niveau de l’élevage des vaches, des techniques de production ou de la mise en boite. D’ailleurs, il est AOC depuis 1981 et AOP depuis 1996.

L’article était accompagné de 2 recettes dont celle que je vous propose aujourd’hui qui est un plat sucré-salé. Je l’ai fait en entrée mais vous pouvez le manger en dessert et rajouter de la salade ou des jeunes pousses d’épinard. Vous pouvez même tenter l’expérience lors d’un brunch pourquoi pas !

IMGP4127

IMGP4128

 

 

Préparation 10 min – cuisson 10 min – pour 4 personnes

1 mont d’or (500g) – 4 pommes – 1 noisette de beurre – 1 filet d’huile d’olive – du cumin en poudre – de la cannelle en poudre – 2c à soupe de miel liquide

Pelez les pommes, coupez les en huit, ôtez le cœur.

Mettez une poêle à chauffer avec le beurre et l’huile d’olive, puis faites-y dorer les quartiers de pomme saupoudrés d’épices sur les deux faces.

Arrosez de miel et poursuivez la cuisson 2 min pour qu’il caramélise légèrement.

Versez les pommes bien chaudes dans des petites assiettes et recouvrez aussitôt d’une belle cuillerée de mont d’or.

Ajoutez du poivre si vous aimez. Personnellement je n’aime pas, ça me fait éternuer… et éternuer dans son assiette ce n’est pas très poli !

Servez sans attendre.

 

le panir

Non, non je n’ai pas oublié de « E », je ne voulais pas écrire « panier » mais bien « panir » !

Consommé par des millions de personnes en Inde, le panir est un fromage frais très simple à préparer. Quand le lait est bouilli, on le caille avec du jus de citron. Il rappelle un peu le tofu mais en moins compact. Il n’a pas de goût mais comme il absorbe très bien les jus et les arômes dans lesquels il est placé, il se marie très bien à toutes sortes de currys en sauce, surtout qu’il a la particularité de ne pas fondre. Vous pouvez le poêler ou le frire. Il est même utilisé dans certains desserts.

Le panir ne se trouve pas dans le commerce (excepté en préparation sous vide chez Eurasie à Bordeaux Lac ou dans n’importe quelle épicerie asiatique – voir photo ci-dessous).

Voici la recette tirée du livre « le meilleur de la cuisine ayurvédique » que je me suis procuré chez Patrice où je vais fréquemment « consteller ». D’ailleurs, c’est ici que j’ai goûté au panir pour la première fois et je n’ai jamais pu l’oublier !

Pour environ 500g de panir, il vous faudra 4l de lait cru de vache (chez le fermier ou celui-ci en magasin), le jus de 4 citrons.

Dans une grande casserole, à feu moyen, portez le lait à ébullition.

Pendant ce temps, préparez le jus de citron. Tenez une passoire prête en disposant au fond un carré d’étamine dont les coins doivent déborder de la passoire. Quand le lait monte, retirez-le du feu et incorporez le jus de citron. Remuez doucement et replacez la casserole sur le feu. Le panir doit alors se séparer du petit-lait (de couleur jaune clair). Une fois la séparation du panir terminée, versez-le dans une passoire pour recueillir les morceaux friables et moelleux. Rincez-le quelques secondes sous l’eau froide, puis pressez le afin d’en extraire l’eau. Si vous désirez un panir ferme, placez un poids sur l’étamine et laissez égoutter environ 30 minutes. Si vous souhaitez un panir tendre, laissez-le simplement égoutter de lui-même.

Un fois compressé, le panir peut-être découpé en cubes et frit.

Le panir se conserve jusqu’à une semaine au frigo.

Je n’ai pas pensé à prendre de photo quand je l’ai fait mais je l’ai utilisé pour faire cette recette ayurvédique à l’aubergine et à la tomate 🙂